Quel choix s’offre alors aux conjoints ? Celui de ne pas choisir... ou, plus exactement, de reporter le choix au décès du premier.

Cette clause qualifiée d’attribution alternative permet au survivant des époux, dans un délai de 4 mois à dater du décès du premier, d’indiquer, par acte devant Notaire, comment il souhaite que la communauté (ou société d’acquêts) soit partagée.

Cette clause a l’avantage de la souplesse : le choix est reporté après le décès, ce qui laissera suffisamment de temps au survivant et à son Notaire pour apprécier, au regard de la consistance de la succession et de la situation familiale, les conséquences civiles et fiscales du choix.